La ville qui me regarde

Ma fille est née ce jour là. Quelques jours après je quittais la chambre où nous nous sommes dites bonjour pour la première fois, la chambre où je lui ai présenté sa famille, la chambre où j’ai occupé pendant quelques jours cette espace entre rêve et réalité.

Il était temps de partir. Mon sac était prêt, ma fille était dans sa poussette, mon fils marchait fièrement à côté de son père, heureux de ramener à la maison ce bébé que nous avions dû récupérer à l’hôpital à cause d’un bobo sur son nombril – une version que je n’ai jamais osé contesté. On n’attendait plus que moi avec toute la patience du monde face à mon corps meurtri. Alors j’ai demandé un instant de solitude qui m’a été accordé sans questionnement. Peut être voulait-elle se recueillir?

Je me suis redressée et assise sur mon lit, me suis lentement positionnée devant cette fenêtre. Depuis plusieurs jours la ville me regardait comme si elle voulait pénétrer la chambre en silence, me reconnecter avec le monde extérieur à mon cocon douillet.  La ville avait choisi ses atours les plus reconnaissables; son haut building, son château d’eau, son ciel bleu vif. On ne pouvait se tromper. Ma fille est née ce jour là à New York.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s